Par les chemins de traverses à Vero

Marre des chemins balisés et parfaitement clair ? Mais tout de même vous ne voulez pas vous perdre et pouvoir profiter en famille ? Alors cette promenade à Vero est faite pour vous, ah ah !

Dans la forêt (lointaine) de Vero, si le hibou ne répond pas encore au coucou; pourtant il tend l’oreille; on trouve de nombreux sentiers, pour la plupart utilisés pour la chasse aux pigeons.

En partant du bas du village, on peut réaliser une petite boucle en famille, au cœur de la forêt tout en longeant un ruisseau. Idéal l’été pour la fraicheur et l’automne pour les champignons !

Par où commencer ?!

On commence dans un cul de sac, où on pourra laisser le véhicule, et on se “jette” dans les bois par un petit sentier caché, mais tant que ça, dans le maquis.

Attention où vous mettez les pieds ! Les salamandres sont légions. De quoi faire un petit cour sur la faune aux enfants.

Rapidement on rejoint le ruisseau sur lequel est bâti un petit pont en bois. Du moins ce qu’il en reste. On ne le traversera pas pour le moment, mieux vaut longer les eaux et s’élever dans les bois.

On croisera quelques ruines, des murets de pierres, traces d’une vie antérieure et d’une économie qui a aujourd’hui été abandonnée… c’est dommage. Mais également des captages, traces plus récentes de récupération d’eau ah ah !

Le chemin vous emmènera tout près du village de Vero, que je vous invite à aller voir d’ailleurs, avant de redescendre dans la forêt. On reviendra au petit pont, par l’autre rive, et cette fois, on pourra le traverser.

Attention ! Soyez attentifs à la carte ci-dessous, le sentier n’est pas balisé et même s’il est plutôt facile à repérer, il existe beaucoup d’autres chemins qui peuvent vous égarer du parcours.

 

En mode glisse à Ghisoni

Et voilà ! Enfin ! Il était temps ! Ghisoni !

Sur le parking à Ghisoni

Pour changer d’aire de jeu, j’ai délaissé le plateau d’Ese pour me rendre à Ghisoni, une des autres stations de ski de l’île de beauté. La dernière fois que j’avais pu m’y rendre, s’était pour rejoindre le lac Bastani et le Monte Renoso… autant vous dire que le paysage était complètement différent.

Un mur de neige avec quelques traces et 4 pistes dont deux bien funs ! En mode « hors piste », un flanc bosselé permet de bien s’amuser et de varier les descentes. Sauts, passages sous les arbres… chutes… et vitesse !

Bref une journée idéal qui ne m’a pas fait regretter la route. Sans compter que les sommets nous offre un sublime panorama sur la plaine orientale et les îles italiennes… Au top !

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Coup de raquettes au Val d’Ese

Et voilà, une nouvelle fois j’ai sacrifié à la tradition… Comme une grande partie de mes compatriotes d’adoption j’ai chaussé mes raquettes dès l’apparition des premiers flocons et j’ai fais chauffer la Panda jusqu’à la station du val d’Ese.

Bon, en même temps, le paysage est tellement beau une fois sur place, qu’on est quand même conforté dans notre moutonnerie.

Et la moutonnerie est poussée à l’extrême quand, chacun dans son coin, chaque “raquette-man” suit le même itinéraire, jusqu’au refuge qui précède la montée au pozzines de Bastelica.

Bref, je suis content d’avoir participé à la procession et je vous ramène de belles photos, tachetées de mon nouveau compagnon de randonnée. Noir sur blanc… tout fou le camp ? C’est ça ?

Et pour finir la journée comme il se doit, j’ai également chaussé les skis !

Il neige, il neige bergère…

La bergère a bien rentré ses moutons mais a dû être étonnée de voir la pluie transformée en neige. Une neige qui a recouverte presque l’intégralité du territoire insulaire en seulement quelques jours.

Enfin, l’intégralité, j’exagère un peu. Car la région ajaccienne, une fois n’est pas coutume, est restée sous de belles éclaircies et aucun flocon n’a souhaité s’aventurer aux alentours…

Il m’a donc fallu me déplacer dans le centre Corse pour vous ramener quelques photos de ce magnifique manteau blanc. Une fois passé Bocognano, on change de décors, on change de pays et on se croirait en sibérie !

Désolé, le temps n’était pas au beau fixe lors de la prise de ces clichés. Mais je peux vous le dire, malgré la couverture nuageuse, Kallisté s’est tout simplement sublimée en se parant de blanc.

Vous en conviendrez, l’île est toujours aussi belle. On s’amuse à essayer de reconnaître les villages, les routes et les chemins que l’on connaît. Ou plutôt que l’on croit connaître car lorsqu’ils ne sont plus verts on est perdus.

Passage à Collioure

C’est drôle comme on connaît mal les endroits qu’on a le plus fréquenté… Bizarrement malgré avoir passé toutes mes vacances d’enfant dans la région de Collioure, je n’avais jamais réellement visité la ville.

Ce n’est pas vraiment chose faite, mais j’ai pris cette fois le temps de parcourir, l’oeil aux aguets, les ruelles de la vieille ville, de la place jusqu’à la plage. J’ai même, pour la première fois, mis les pieds dans le château royal !

Bref, un petit retour dans les ruelles de l’enfance, où sous mes pas des centaines de claquettes ont rendu l’âme et où je me suis égratigné un nombre incalculable de genoux… Continuer à lire “Passage à Collioure”