Des mains en or

Malgré de multiples tentatives, ma ruée vers l’or ne m’avait jusqu’alors pas permis de découvrir l’emplacement, tenu quasiment secret, des mains d’or de Claudio Parmiggiani, ou plutôt de son oeuvre, Ferro Mercurio Oro.

En 1999, cet artiste italien a eu le rêve un peu fou de sceller une de ses oeuvres dans le granit surplombé par le Monte d’Oro. Des mains en or ouvertes vers le ciel, cachées, et difficiles à trouver.

“L’oeuvre que j’ai réalisée se trouve là. Deux empreintes en or. Empreintes de mes mains, ouvertes et tournées vers le ciel, concaves, montées et fondues dans le fer et dans l’or, enchâssées dans le rocher et secrètes dans la montagne. Aucun sentier, aucune indication. L’oeuvre existe avant tout pour les yeux du lieu auquel elle appartient.”

Claudio Parmiggiani

Lors d’une énième tentative j’ai finalement trouvé le trésor de l’italien. Bien cachée, elle scrutent le ciel et l’horizon près des bergeries de Puzzatelli.

Flanquées sur un promontoire, elle attendent la venue des visiteurs qui tous, sans vraiment en savoir la raison, poseront leurs mains dans les empruntes de l’artiste et tous s’étonneront : “mais, les pouces sont à l’envers !”

Non, c’est la paume qui scrute le ciel répondra Claudio Parmiggiani.

Finalement, elles n’étaient jamais loin de mon itinéraire et je les ai frôlées plusieurs fois. Pour les trouver, rien de plus simple.

Engagez-vous dans l’ascension du Monte d’Oro, dépassez les bergeries de Puzzatelli et… ouvrez l’oeil, elles ne sont plus très loin…

Se perdre sur les hauteurs de Carbuccia

Il aura fallu chercher un peu, mais j’ai fini par trouvé le départ de la balade ! Mon but, rejoindre la Punta Aculone, toute proche du Tirulellu.

Le chemin n’est pas très clair au départ et assez mal entretenu mais rapidement les conditions s’améliorent. Heureusement car sinon j’aurai pu doubler le temps d’ascension.

C’est parti pour près de 1000 mètres de dénivelé positif sur moins de 7 kilomètres. Au départ, on est au frais sous les chênes et les châtaigniers. Les cimes sont hautes et les lierres s’en donnent à coeur joie.

L’endroit devait autrefois être une belle châtaignerais aux vues des différentes installations : murs, cabanes en pierres, sentiers. Mais comme souvent, le site est abandonné.

Beaucoup de chemins semblent se croiser, il faudra bien suivre le balisage orange pour ne pas s’égarer ! J’ai perdu une demi-heure à suivre la mauvaise trace. Comme quoi, rien ne vaut la carte !

Au milieu du parcours, fort heureusement pour mes chiens, un beau ruisseau traverse le sentier. Petit moment de rafraîchissement bien mérité avant de reprendre l’ascension. Surtout que les choses se corsent (sans mauvais jeu de mot) après.

Petit à petit la végétation se réduit et on fini par rejoindre un beau pierrier recouvert de maquis ras. Les cairns sont nombreux mais il faut les différentier des autres amas de pierres.

Il 1200 mètres d’altitude, on peut souffler un peu en arrivant sur la crête. Sur la droite, vous pourrez rejoindre Punta Caccione sous laquelle se trouvent plusieurs abris sous roche. Dont un très bien aménagé pour passer la nuit.

À gauche, et c’était notre direction du jour, le chemin nous mènes à Punta Aculone. Encore 200 mètres à gravir pour la rejoindre.

La chaleur nous pèse mais heureusement nous avons pu recharger les gourdes à la source située sous le col.

Nous sommes revenus par le même chemin mais il est possible d’effectuer une petite boucle en fin de parcours. Au lieu-dit Casella, au niveau d’un promontoire que la végétation semble éviter, d’anciennes traces partent un peu plus à l’Est vers une crête. Ce chemin reviendra également à Carbuccia mais plus loin dans le village.


L’âge du Bronze à Aullène

Je ne vous raconterais pas l’histoire n’ayez crainte, mais je vous invite à en découvrir les traces à travers une belle boucle pour user vos baskets du côté de l’Alta Rocca.

Au coeur de ces villages de montagne, construits dans la roche, se trouvent les traces d’une époque révolue où nos ancêtres de l’âge de bronze découvraient, comme nous aujourd’hui, les secrets de l’île de beauté.

C’est près d’un promontoire rocheux, certainement un point stratégique de choix, qu’ils avaient établi leur cité.

Plus tard, des seigneurs ont bâti une place forte au même endroit. Un site qui offrait une vue sur le Haut Rizzanese et les routes de l’estive.

Pour découvrir ce site, il faut se rendre à Aullène et suivre la strada antica, “un très vieux chemin” qui permet de découvrir l’Alta Rocca et son patrimoine.

C’est d’ailleurs non loin que se trouvent les sites de Cucuruzzu et Capula dont je vous ai déjà parlé…


Une autre légende du Brocciu

Sur un ancien carrefour de chemins conduisant l’un vers les estives du Cuscionu, l’autre vers Auddè et Quenza, on raconte une légende sur la découverte de la recette brocciu…

“À l’époque, le Diable venait défier en ces lieux un vieux berger. Un jour, il lui demanda tous ses fromages produits durant un mois en le menaçant de prendre ses brebis en cas de refus. Alors le berger inventa le brocciu, qui on le sait n’est pas un fromage.
Lorsque le Diable vint réclamer son dû, il fut obliger de laisser les brocci. Furieux, il décréta que l’année suivante il prendrait tout ce serait en surface. Malin, le berger planta des carottes dont le Diable n’eut que les fanes.
Le Malin se dit alors qu’il valait mieux cultiver lui-même et alla chez un forgeron fabriquer son araire mais un outil lui tomba sur le pied. Fou de douleur, il prit l’outil, une masse, et la jeta en l’air. Celle-ci en tombant créa l’étrange lac du Lavu Dònacu. Il prit ensuite l’enclume du forgeron et la lança dans les airs. Elle tomba plus loin et devint l’Alcùdina (non corse de l’enclume), plus haute montagne du sud de l’île”
.


Voici ce que l’on peut lire sur place…

Sur cette pointe (Cucciurpula) se dressait au Moyen Âge un castrum. Mentionnée pour la première fois en 1392, la fortification est installée, sur une plate-forme sommitale (1164 mètres) qui lui confère un excellent contrôle visuel de la région dominant la haute vallée du Rizzanesi et les routes de l’estive du Cuscionu.

Cette possession de la seigneurie de la Rocca se composait d’au moins une tour trapézoïdale, d’un bâtiment et d’une citerne dont les arases sont encore visibles aujourd’hui. Cette fortification-refuge est assiégée en 1426 par le Comte Vincetellu.

Elle fut un des plus importants châteaux de cette seigneurie, sans doute car elle avait une position symbolique s’imposant au regard.

En contrebas, sur le flanc sud, entre 955 et 1085 mètres, se trouve un important site protohistorique. Fouillé à partir de 2009, une quarantaine d’habitations a été mise au jour.

Ces habitations ont été occupées entre une phase ancienne du bronze final (vers 1200 avant J.-C.), avant une reprise sépulcrale de certains abris vers le milieu du second âge du fer (vers 400 av. J.-C.).

Sur environ 12 hectares, on recense un bâtiment circulaire, quelques tronçons d’enceinte, une grand nombre de terrassements de formes et destinations variées, des cheminements aménagés et des centaines d’abris sous-roche de disposition et dispersion chaotiques.

Beaucoup ont probablement servi de caveaux sépulcraux. Enfin, une zone de replat au sud-est du site, dégagée de tout chaos de blocs, est interprétée comme un espace dédié aux activités agricoles, ce qui est suggéré par la fréquence des meules à cet endroit.

Sur environ 12 hectares, on recense un bâtiment circulaire, quelques tronçons d’enceinte, une grand nombre de terrassements de formes et destinations variées, des cheminements aménagés et des centaines d’abris sous-roche de disposition et dispersion chaotiques.

Beaucoup ont probablement servi de caveaux sépulcraux. Enfin, une zone de replat au sud-est du site, dégagée de tout chaos de blocs, est interprétée comme un espace dédié aux activités agricoles, ce qui est suggéré par la fréquence des meules à cet endroit.

Une boucle pour découvrir les dessus de l’Île-Rousse

Villages typiques, points d’intérêts historiques, panoramas, sentiers de découverte… Cette boucle de village en village au dessus de L’Île-Rousse offre une multitude de raisons de s’y attarder !

Le départ se fera au village de Corbara en laissant le véhicule près de la place de l’église puis, en suivant le balisage; très bien réalisé au passage; qui serpente dans les ruelles on rejoint rapidement le sentier qui mène à Pigna.

Au milieu d’un maquis peu élevé on marche en corniche le long d’un joli muret de pierres. Sur notre droite de temps en temps la vue se dégage sur la plaine et sur Algajola au loin.

Rapidement on rejoint le promontoire de Pigna en arrivant sous l’église. On peut prendre quelques minutes pour découvrir ses petites rues et profiter du panorama.

On prendra ensuite le chemin qui mène au magnifique couvent Saint-Jean de Corbara, toujours en suivant le balisage. Il est possible de le visiter !

Le chemin prend ensuite de l’altitude et rejoint une piste sur la crête au dessus de Santa Reparata di Balagna. Le panorama, mais également l’ascension, méritent une petite pause

Une nouvelle fois, par un chemin de maquis on rejoint le village par ses hauteurs. Il faudra rester dans le secteur du hameau d’Alzia pour reprendre le sentier vers le couvent en ruine.

Prendre de la hauteur

On peut rejoindre la Cima di San’Angelo une fois arrivée aux ruines. Juste au dessus se trouve une piste, vous pourrez l’emprunter pour revenir sur vos pas quelques minutes afin de prendre la hauteur. Au niveau d’une ruine se trouve un sentier cairné qui permet de rejoindre le sommet. De là haut, le panorama sur la Balagne laisse sans voix.

Au Sud, on peut même apercevoir Sant’Antonino, le barrage de Codole, Feliceto, Speloncato etc…

De retour sous le couvent, continuez le sentier jusqu’à Occiglioni. Ce petit hameau est magnifique et offre une vue exceptionnelle sur L’Île-Rousse.

Pour rentrer on suivra le balisage derrière l’église pour rejoindre Corbara qu’il ne faudra pas manquer de visiter !

Sur les traces de Pascale Paoli à Morosaglia

Voici une promenade à faire en famille et qui nous permet de découvrir non seulement un village mais également la vie de ses habitants, son histoire et l’histoire de la Corse à travers un homme emblématique de l’île, Pasquale Paoli.

Au départ de l’église le chemin serpente entre les maisons et nous amène de hameaux en hameaux par des sentiers boisés. On découvre quelques trésors du village. Une chapelle, une fontaine, des anecdotes et une église magnifique, posée sur un promontoire.

De là haut, on domine toute la vallée et le village. Une vue imprenable !

Les panneaux, et même les habitants vous guiderons à travers les ruelles pour trouver votre chemin.

Quelques trésors architecturaux et historiques sont à découvrir. Comme la maison sur le rocher, véritable demeure seigneuriale posée sur un rocher surplombant la rivière.

En contre bas se trouve la maison romaine, autre édifice à l’architecture particulière et à l’histoire très ancienne.

En revenant vers le départ, n’oubliez pas de descendre vers le hameau de Sevasi. On continue le chemin et on arrive à un ancien pont sur le ruisseau de Conca. En le traversant vous pouvez rejoindre le village de Castineta en face.

Un musée au coeur de la balade

Au centre de cette promenade, se trouve le musée de Pasquale Paoli. Car il faut le savoir, le village de Morosaglia est son village natal et on y trouve d’ailleurs sa maison d’enfance.

Prenez le temps de tout visiter d’en apprendre plus sur cet homme qui donna à la Corse son indépendance avant d’être fait prisonnier…

Clocher de Morosaglia
Clocher de Morosaglia