Le tour de Corse en moto

Chaque année l’île accueille son lot de motards aux premiers rayons de soleil. J’ai été obligé de sacrifier à la pratique…

Du côté de Piedipartino

Dès les premiers jours de mai les routes corses se transforment. Les usagers de la route sont, au départ, un peu déstabilisés.

Car si il y a ceux qu’on a l’habitude de voir chaque matin en allant au travail, passant furtivement, dans un bruit de tempête, entre les voies de circulation. La période est aussi propice à la prolifération.

Et petit à petit ils se multiplient, envahissent les routes, les trottoirs et les… ferrys qui en déchargent chaque jour un flot quasi continu.

Devant le couvent d'Orezza
Devant le couvent d’Orezza

Bref, c’est la saison des motards, des bikers, des deux-roues, des casques à pointes, du cuir usé et des franges. Les odeurs d’huile, d’essence et de transpiration se mélangent alors à celles du maquis.

En quelques jours, la Corse est envahie et forcement, en tant que détenteur du permis A, j’ai poussé ma motocyclette, accompagné d’une dizaine de copains, sur la traditionnelle ronde corse.

À Porto
À Porto

7 jours, 6 nuits, sans la pluie

Du côté de Centuri

Je ne sais pas si l’on a choisi la bonne année pour notre tour de Corse à moto, car à l’approche de la date, le temps ne semblait pas vouloir devenir très clément.

En effet depuis janvier, les journées insulaires ressemblent plus à celles de Bretagne. Il fait beau, mais entre chaque averse.

J’ai eu la charge, pour mes amis du continent, d’organiser un petit parcours pour visiter, sans trop quitter sa monture tout de même, la plus belle île du monde. Oui, soyons chauvins !

Aucun, ou presque, ne connaissait la Corse autrement qu’en photo; il était donc assez simple de sélectionner les lieux à voir sur les 7 jours dont nous disposions.

Il a également fallu choisir les routes à prendre, car il en faut pour tous les types de bécanes : trail, routière, roadster, piste et solex…

Parcours simple mais…

Je ne vais pas détailler chaque étape de notre périple, mais en voici les grandes lignes :

Notre groupe a pris le bitume au port d’Ajaccio pour rejoindre Bonifacio par la côte. Une première étape douce qui nous a permis d’apprendre à rouler ensemble.

Le lendemain nous avons rejoint Solenzara mais en “coupant” par l’Ospedale et l’auberge du col de Bavella, immanquable !

La troisième étape nous a guidé jusqu’à Porto… C’etait long ! Mais on en a pris plein les yeux !

Nous avons ensuite longé la côte jusqu’à Saint-Florent avant de s’offrir un tour du Cap Corse jusqu’à Bastia.

L’avant dernier jour nous a fait traverser la piève d’Orezza avant de redescendre en corniche sur la Costa Verde et Aleria.

Enfin, nous sommes rentrés à Ajaccio mais en quittant la nationale à Bocognano.

La barrage de l’Ospedale

Hospitalité de légende

On ne le dit que trop souvent, les corses sont connus pour leur hospitalité. Nous avons pu le vérifier !

Dans le Cap Corse

Que ce soit dans les restaurants, dans les hôtels ou dans les nombreuses stations services que nous avons visités, le citoyen insulaire a reçu notre groupe avec un accueil formidable.

Sept Pietra nous attendaient sur la table midi et soir, accompagnées de quelques amuses gueules tout de même, pour ne pas avoir la bouche trop humide : charcuterie, assiette figatellu, burger, glaces repas, sourie d’agneau, pâtes à la langoustes ou aux truffes… bref nous avons pu gouter à un large éventail de la gastronomie corse, mais toujours arrosé de Pietra.

À Bavella

Bon, il y a toujours une exception qui confirme la règle… Comme cette serveuse qui ne peut pas apporter un déca ou un thé pour ceux qui ont pris la formule à 25€ car, comme elle le dit “c’est écrit café compri”.

Il faut dire que nous avions déjà dérogé à la règle en prenant une Pietra EN PLUS de l’apéritif compris dans la formule à 25€… “aio… ils sont bien compliqués ces pinsutti” s’est-elle dit.

Au Cap Corse Mattei

On recommence quand ?

Après 7 jours passés ensemble, forcement l’arrivée au bateau a été accompagnée d’un peu de nostalgie. Mais les souvenirs resteront bons et rien ne nous empêche de ré-emboiter le pas.

Aux îles Sanguinaires

Alors oui j’aurais pu simplement écrire : Vrouuuum et mettre quelques photos, mais je tenais à partager ces quelques infos avec vous.

Tout ça pour dire que je comprends mieux pourquoi tant de motards viennent, chaque année, arpenter notre bitume sur leur fidèle destrier !

Devant Roccapina

Laisser un commentaire