Giru archéologique à Sartène

L’île regorge de sites archéologiques de l’âge du bronze et la commune de Sartène, de par sa superficie, en héberge un bon nombre, dans des endroits pas toujours simple d’accès et pas forcément bien indiqués.

La balade en images

Nous nous sommes rendus sur l’un des sites les plus importants et les mieux aménagés du secteur : le plateau de Cauria.

Il faudra s’armer de patience pour trouver le départ de la balade car les panneaux d’indications ont rencontré quelques détracteurs. Mais pas de panique, je vous indique l’accès précis dans la rubrique Les randonnées en Corse.

Balade au néolithique

Une fois sur le site, tout est parfaitement clair. Un parcours de découverte accessible à tous est aménagé et permet de découvrir différents lieux de vie du néolithique.

On débute par un alignement de menhirs d’assez grandes tailles, I Stantari. Certains sont encore bien détaillés. On peut y voir les traces d’épée sculptée dans la pierre, ou encore des têtes. Mais de l’avis d’habituer, d’année en année, depuis que ces menhirs ont été redressés, les sculptures s’estompent, signe d’une érosion du granit au fil des ans.

Le chemin nous mène vers un autre alignement, Renaghju, un peu après un joli point d’eau où des jonquilles sauvages pointent leur pétales au soleil. Puis en prenant un peu de hauteur on découvre le dolmen de Funtanaccia, d’une taille assez impressionnante.

Pour en savoir plus je vous invite à lire ci-dessous les indications que l’on trouve sur le site en cliquant-ici.


Plus grand rassemblement de menhirs

Autour de Cauria, si vous avez encore un peu de force, et de temps, je vous propose de découvrir d’autres merveilles laissées par nos ancêtres.

En reprenant la route en direction de Tizzano, on peut rejoindre le site des alignements de Palaghju. Il faudra marcher un peu plus mais rien de bien méchant.

Sur le sentier on découvre en plus une belle construction en ruine d’une taille assez imposante. Signe de la richesse du secteur en des temps pas si lointains. Palaghju est sur un terrain privé et en piteux état…

On peut voir sept groupes de pierres sculptées. Certains ont des gravures de visage ou d’armes. D’autres semblent non terminés.

Quand le site a été découvert il y avait également des coffres de pierres, dont certains étaient inviolés. Les objets retrouvés à l’intérieur sont au musée de la ville.

Menhirs et coffres isolés

Dans un champ voisin du sentier de départ pour Palaghju se trouvait autrefois un autre alignement plus petit, celui d’Apazzu, mais après avoir tenu plus de 6000 ans debout, la bêtise humaine a eu raison de ce vestige du passé. Quelques menhirs resteraient enfouis dans le maquis…

Sur la carte ci-dessous vous trouverez l’emplacement d’autres menhirs et coffres isolés dans le secteurs. Vous pouvez également remonter vers Petreto-Bicchisano où de nombreux sites sont à découvrir.

Quelques sites aux alentours

Château d’Alo Bisuje

Ici on parle d’une forteresse ou d’un château. C’est en réalité un site torréen comme on peut en trouver près de Petreto-Bicchisano ou à Cucuruzzu.

Il se trouve sur une petite colline et est composé d’une tour montée sur une cave et trois autres caves alentours. Un peu plus au sud-ouest on peut voir les restes de refuges et de menhirs.

En haut la vue est magnifique !

Continuer à lire “Giru archéologique à Sartène”

Le phare de Senetosa

Le phare de Senetosa est le dernier a avoir été automatisé en Corse. Il se trouve sur la commune de Sartène au hameau de Tizzano mais assez loin du village tout de même. Il est fermé au public mais on arrive tout de même à bien l’observer de l’extérieur.
Outre le phare, la balade comporte plein d’autres intérêts. Tout d’abord les plages… De Tizzano à Campomoro (le long de la côte) les petites criques offrent des plages splendides et difficilement accessibles. Il nous aura fallu 45 minutes de piste pour rejoindre le départ de la balade à Cala di Conca, mais la crique à elle seule valait le déplacement ! Ensuite, il y a la tour de Senetosa. Eh oui, encore une tour génoise. Elle domine le phare à 126 mètres d’altitude et s’il faudra un peu de courage pour gravir l’échelle qui permet d’y entrer, vous serez récompensé par la vue que l’on a au sommet… à moins que… comme nous un brouillard de mer ait l’idée de s’installer confortablement à cet endroit…
A divers endroits se trouvent également des ruines de bergeries, dont celles d’Ana qui sont particulièrement jolies. Aux alentours d’une bergerie (Bergeries de Conca) se trouve des orrii (grottes aménagées), malheureusement je vous en parle sans les avoir vues… le temps m’a manqué…  mais bon,ce n’est que partie remise?


Continuer à lire “Le phare de Senetosa”