GR 20 : la brèche de Capitello

Il est 7 heures, les montres sonnent. Malgré la soirée de la veille, on se lève frais et disponible pour la seconde journée. À peine le temps de remercier nos hôtes que nous voilà repartis. On remplit les gourdes à la source toute proche et on prend la direction du refuge de Manganu, sur le versant opposé. Sur la droite, on aperçoit le chemin qui mène au lac de Creno.

Les guides préfèrent nous prévenir, aujourd’hui ça va grimper. Environs 700 mètres de dénivelé en 1 heure et demie avant de rejoindre la brèche de Capitello. Vu d’en bas, ça ressemble à un éboulis de pierres de toutes les tailles avec au sommet des pics plus ou moins hauts. Ah mais, c’est là qu’on va? Chose promise, chose due : la montée est rude et il faut trouver son rythme. Au fur et à mesure que l’on prend de l’altitude, on se permet de regarder en arrière. Au loin on aperçoit le village de Piana et ses Calanques. Pas le temps de rêvasser, il faut grimper.

La brèche de Capitello, ou Bocca à le Porte, est ainsi nommée car elle domine le lac de Capitello qui domine lui même le lac de Melo. Ces deux lacs se situent dans la vallée de la Restonica au-dessus de la ville de Corte. C’est en fait le point le plus élevé du GR 20, hors variantes. Il culmine à 2220 mètres.

Au moment de gravir les derniers rochers, les pieds dans la neige, on jette un dernier coup d’oeil en arrière et on passe la brèche. Crevés, mais récompensés! Tout le monde reste bouche bée devant le panorama. Même les guides, pourtant habitués, nous expliquent qu’à chaque passage ils ont le même frisson. Sur la droite, le monte d’Oro du côté de Vizzavona, une prochaine étape pour les randonneurs du GR, on aperçoit d’ailleurs le chemin qui y mène sur les crêtes. En dessous, les lac de Capitello et de Melo. A gauche, la vallée de la Restonica laisse apparaître au loin le San Pedrone. On reste un moment à contempler le paysage. Les chocards à bec jaune viennent réclamer quelques miettes aux randonneurs. Pas farouches en ce début de saison.

On se secoue les plumes et on repart. On traverse un névé à l’aide d’une corde que l’un des guides avait prévue au fond de son sac. La descente est aussi rude que la montée. Certains passages nécessitent un peu d’escalade, même si des chaînes sont installées pour aider les randonneurs. Puis c’est le carrefour. À droite, on continue sur le GR 20. À gauche, on redescend sur les lacs et la vallée de la Restonica. C’est ce chemin que l’on prendra et on quittera par conséquent le GR 20 pour prendre le chemin de randonnée des lacs.

Évidemment, on reste en admiration devant ces deux lacs. Des courageux pratiquent l’escalade au dessus de Capitello. Arrivé à Melo la foule est dense. Les randonneurs chargés comme des mules se font rares et laissent place aux touristes qui essayent d’arpenter les rochers en claquettes (on aura tout vu).  Au loin on aperçoit le parking de la vallée. Autant vous dire qu’après ces deux journées, le retour à la « civilisation » est un peu rude. Il faut savoir que la vallée de la Restonica accueille en plein été pas loin de 1000 visiteurs par jour, je vous laisse imaginer le boulevard.

On arrive pour 14 heures 30 à la cabane/restaurant « Chez Théo », que tout le monde connaît dans la région. Reçus une nouvelle fois comme des princes, il nous offre charcuterie, omelette au brocciu et à la menthe et bières bien fraîches. Les guides nous déposent à la voiture. Les deux jours sont terminés et déjà on voudrait repartir en montagne. Sans compter que mes collègues vont continuer l’aventure sans moi encore 5 jours.

Bref, vous l’aurez compris, je me suis régalé et j’espère bien avoir la chance de pouvoir faire le GR 20 dans son intégralité. Reste à s’équiper et à s’entraîner…

Voici l’épisode qui correspond à nos deux jours

Je vous invite à visionner tous les épisodes de cette série sur le site de TF1 en cliquant ici.

Laisser un commentaire