La muraille de Chine… corse…

Pour une des dernières sorties en date je me suis rendu à Rosazia avec l’intention de monter sur le monte Cervellu, qui culmine à 1624 mètres d’altitude et qui se trouve en fait sur la commune de Salice, toute proche.

La route de Vero à Rosazia est splendide et a été, pour le coup, beaucoup plus longue prévu. Je me suis transformé en vrai paparazzi !

Tout commence au village avec une montée que mes mollets n’oublieront pas de si tôt. Cela dit on évolue dans une forêt de pins magnifique qui nous offre de jolis points de vue sur le Cruzini et le Deux-Sorru.

Après la côte on arrive sur une belle crête, Bocca di u Capizzolu, aux alentours de 1000 mètres. On suit la crête un bon moment et, chose étonnante, un mur en pierres sèches gigantesque a été bâti tout du long, sur au moins 1 kilomètre ! Parfois plus haut qu’un homme (du moins de certains hommes) il est en excellent état. Bon… ce n’est pas la muraille de Chine mais ça reste quand même spectaculaire.

En suivant le balisage on arrive à un angle du mur, on le traverse et on continu le chemin jusqu’à une grande croix où l’on peut apprécier un magnifique panorama sur Rosazia et les alentours.

On arrive ensuite à la bergerie de Libbiu avant d’attaquer la dernière montée vers le Cervellu. Je n’ai pas trouvé le sentier et je suis donc monté à l’aveugle en direction du sommet.

En haut, je vais me répéter mais la vue est magnifique… encore… et, attention nouveauté, on a notamment une vue exceptionnelle sur le monte Tretorre (trois tours en Corse) qui porte bien son nom. Les trois sommets qui le composent se distinguent parfaitement depuis le monte Cervellu.

Une colonie de coccinelles a élue domicile sur les rochers au sommet. Un rendez-vous pour la reproduction au vue de leurs activités sur le moment. Les pierres étaient toutes rouges d’insectes par endroits.

Pour la descente, j’ai improvisé un peu. Une fois à la bergerie, j’ai suivi le lit du ruisseau pour rejoindre une piste (marquée sur la carte IGN) afin de faire une boucle. La piste mène au village, mais il faudra passer plusieurs barrières, qu’il faudra refermer avec soin derrière soit !

Sur le chemin on a une jolie vue sur la Punta di a Spusata, la pointe de la mariée en Corse, qui a donné une légende bien connue sur l’île.

La Sposata

«La montagne de la Sposata (« la Fiancée ») se dresse à 1 191 m au dessus du village de Murzo (Murzu) dans la micro-région des Deux Sorru (Duie Sorru). La crête de ce massif rappelle le profil d’une cavalière. La légende raconte qu’un seigneur de Cinarca tomba un jour amoureux d’une jolie bergère de la région. Acceptant de l’épouser, celle-ci dépouilla sa mère afin de se constituer une dot. Devant tant d’ingratitude, la mère lui jeta alors un sort. C’est ainsi que la jeune fille et sa monture furent pétrifiées.»

Vous pouvez lire la légende complète La légende de la Sposata.

La légende a inspiré plusieurs chanteurs et groupes corses, comme notamment Voce Ventu que je vous propose d’écouter.

Laisser un commentaire