Santa Reparata di Bonifacio

Accès : À Bonifacio, se rendre sur la D60 qui relie la N196 à la N198. Sur la route, un panonceau indique l’accès de la piste qui mène à la chapelle Santa Reparata di Bonifacio. Se garer sur la D60 et prendre la piste à pied. Elle mène en quelques minutes à la chapelle.

Elle daterait du IXe siècles, c’est à dire avant que la cité de Bonifacio soit bâtie. Beaucoup de suppositions font état de sa fonction envers les bergers et les cultivateurs environnants. Elle a été restaurée en 1983 à l’identique. Elle reste toutefois solitaire et inaccessible (fermée).

«Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la polychromie des pierres d’origine ne visaient pas un objectif esthétique mais était dictée par le fait que cette chapelle a été édifiée à la limite du calcaire et du granit, si bien que les ouvriers, en récoltant les pierres qui leur étaient nécessaires, et qui, signe d’archaïsme ne sont que légèrement taillées, ont pris tantôt des pierres blanches, tantôt des pierres granitiques rougeâtres.

Qui était Santa Reparata (ou Riparata)?

La légende veut que cette jeune femme s’enfuit le soir de ses noces forcées. Pour préserver sa virginité, protéger son anonymat et se vouer à notre Seigneur, elle se réfugia sous un habit masculin dans… un monastère d’hommes!
Plutôt que de trahir son secret elle se laissa accuser d’une séduction, qu’en aucun cas elle n’aurait pu commettre, fut appréhendée et exécutée. La vérité ne fut révélée qu’après son décès et, en signe de réparation, elle reçut le nom de “Riparata”.
En Corse elle est aussi appelée Libérata (libérée de tout soupçon) »

Laisser un commentaire