Traversée de Carbuccia sous le soleil

Les villages de la Haute Gravona sont soucieux de faire connaître leur patrimoine architectural et culturel, et réhabilitent en ce sens, les anciens sentiers de transhumances.

Autrefois utilisés par les habitants des villages, notamment les commerçants et les agriculteurs, ces chemins relient les villages entre eux et passent par des endroits aujourd’hui peu fréquentés.

À la suite du sentier du patrimoine qui relie Peri à Carbuccia, le balisage continue en direction d’Ucciani en traversant Carbuccia. On peut également rejoindre ce sentier depuis la gare de Carbuccia en suivant le balisage jaune.

La promenade nous emmène au cœur du village et nous permet d’en découvrir les points d’intérêts. On continue ensuite au cœur de pâturages où l’on s’amuse à grougrouiller, à zigouzigouter, à calinoucher les différents animaux qui s’approchent des grillages…

On rejoint la route d’Ucciani en traversant les bois par un joli chemin délimité de murets en pierres.

On s’arrête là mais… le sentier continue en direction d’Ucciani puis de Tavera…

Tracé du sentier


Sur le chemin, on croise une petite chapelle, la Capedda di Sant’Anna, ainsi qu’un panneau d’explication des lieux :

Une ancienne église de pèlerinage

C’est au XIe siècle que l’église primitive de Carbuccia, “San Sulvestru”, est abandonnée pour l’édification du premier sanctuaire de San Ghjacumu, l’apôtre Saint-Jacques, dans la ferveur des premiers départs des corses pour Compostelle. C’est sur cet emplacement qu’est d’abord construite une église de style roman, simple nef rectangulaire avec une abside en demi cercle, qui devient très vite un centre de pèlerinage pour toute la vallée… sur un véritable « chemin corse de Saint-Jacques ».

Un sanctuaire maintes fois reconstruit

Cette église est progressivement agrandit, puis entièrement reconstruite au XVIIe siècle sur un plan rectangulaire avec cœur carré et chapelle latérales. C’est vers cette époque qu’est édifié le maître-autel baroque à baldaquin de stucs, surmonté de corniches en pagode, caractéristique d’une réinterprétation locale « naïve » et maladroite d’un style alors très en vogue dans le nord de la Corse et en Italie. C’est également en ces temps qu’est bâtie l’arca, caveau voûté qui servira de sépulture collective aux carbucciais.

Une chapelle commémorative

Au XIXe siècle, cette église est délabrée et trop éloignée des habitations. On décide de construire la grande église actuelle au centre du village, et de détruire l’ancienne pour utiliser son emplacement comme cimetière. Cependant, le choeur et son autel sont conservés et transformés en chapelle. Comme le titre de la paroisse est dévolu à la nouvelle église, le titre de Saint-Jacques lui est aussi transféré et la chapelle actuelle prend alors le vocable de Sant’Anne. On la célèbre tous les 26 juillets.

Laisser un commentaire