Découverte dans l’Extrême Sud

En route pour l’Extrême Sud ! Je m’y suis rarement aventuré et après cette journée, je regrette de ne pas y aller plus souvent !

Direction Capo di Feno, non pas au nord d’Ajaccio mais de Bonifacio. La randonnée est connue, pleine de points d’intérêts et très bien balisée. Une sorte de Capo di Muro… mais plus au sud.

Départ de l’Ermitage de la Trinité à 200 mètres d’altitude. Les grottes alentours étaient habitées dès le Ve siècle et l’endroit s’est développé avec le temps. D’ici la vue est splendide. D’abord sur Bonifacio et ses falaises, mais également sur la Sardaigne, toute proche, dont les côtes se découpent dans l’azur de la Méditerranée.

Plan du parcoursPlusieurs chemins sont disponibles au départ de l’Ermitage. Je choisi de rejoindre le phare de Fenu puis de rentrer par la plage de Paragan.

Je m’élance sur le sentier. Le maquis est assez bas et nous laisse profiter du panorama, simplement époustouflant.
Pour les plus fainéants, pas besoin d’aller loin pour en profiter.

Nous sommes à quelques jours du printemps, mais à Bonifacio, c’est d’ores et déjà le début de l’été. Enfin… presque !
Contrairement à la région ajaccienne, les asphodèles, le romarin, la bruyère et le genêt, entre autres, sont en fleurs.

Les odeurs se mélangent dans un paysage magnifique, où seuls les ruisseaux qui zèbrent le sentier et trempent vos chaussettes vous rappellent que l’hiver est toujours présent.

La côte aux alentours du phare est sculptée de rochers granitiques aux formes incongrues. Parfois, du sable vient former de petites plages dont on aimerait garder secret l’existence.

Le sentier mène ensuite au phare de Fenu, inauguré en 1874, en même temps que celui des Lavezzi. Les alentours sont très bien aménagés : escaliers, ports, jardin, four, etc. On découvre ces installations au fur et à mesure de la balade, car elles ne se trouvent pas toutes près du phare. Le jardin, par exemple, est assez éloigné et apparaît au milieu du sentier, comme sorti de nul part. De quoi se demander à quoi pouvait bien servir cet enclot verdoyant traversé d’une rigole d’eau douce.

Le parcours continu entre les criques de rêves, les rochers déformés et les petits pont de bois, jusqu’à la cala di Paraguano. La plage est paradisiaque et je n’ai pas envie de rentrer… mais plutôt de me faire un bain dans cette eau… gelée… brrr !!! Malgré le paysage, c’est toujours l’hiver !

Retour en arrière pour remonter jusqu’à l’Ermitage, mais il est possible de continuer la randonnée jusqu’à Bonifacio pour les plus courageux.

Laisser un commentaire