Drôle d’oiseau

Repas aux gorges de SpiloncaAu détour d’une promenade en voiture avec mon très cher père, nous avons entendu parler d’une randonnée “à ne pas manquer” dans les environs de Porto. Plus exactement dans les environs d’Otta, Porto étant la marine d’Otta. C’est d’ailleurs très fréquent ici, les villages ont leur “hameau de bord de mer”, appelé marine, qui est bien souvent plus connu que le village lui-même. Un peu à l’aveuglette et pleins de bonne volonté, nous nous sommes dirigés vers Otta en quête de cette randonnée dont nous n’avions ni le nom ni une idée précise du point de départ…
Finalement, après une demi-heure de route de montagne, un petit panneau nous indique les gorges de Spilonca à quelques kilomètres du village. Ne sachant trop où nous allions, nous avons bifurqué vers ces gorges et avons décidé de les emprunter.
Armé de mes chaussures de marche à toute épreuve, de mon sac à dos (avec de l’eau dans mon thermos!) et de mon tout nouveau laguiole  “made in China” nous voilà en marche sur le pont génois, départ de la randonnée, papa en tête affichant fièrement son T-shirt “space-montain” et sa casquette “Mercedes-Benz”. Mais voilà qu’au bout du pont, un choix s’offre à nous… dur dur de réfléchir lorsqu’on est en vacances! Soit par la gauche, vers les gorges de Lonca, soit par la droite vers celle de Spilonca… Le panneau sur la route indiquait Spilonca? Alors go pour Spilonca!

Au fur et à mesure de notre ascension, je me suis rendu compte que nous devions être les seuls pumataghji ( “mangeurs de tomates” ou plus simplement “touristes”) à ne pas connaître cette randonnée, mais certainement pas les seuls à venir la faire ce jour-ci… Mais essayons de profiter du paysage, des odeurs et des sons qui nous entourent. Cet ancien sentier muletier, qui suit la rivière, lie le village d’Otta à celui d’Évisa et s’effectue en une petite heure et demie. À noter qu’il ne faut aujourd’hui pas beaucoup plus de temps pour relier ces deux villages par la route! Mis à part le bruit de l’eau en contrebas et les quelques panneaux de présentation des animaux à croiser mais que l’on ne croisera pas avec autant de monde, il est difficile d’apercevoir la montagne ou la rivière et il n’y a pas de point de vue remarquable. Le départ est donc décevant même si, de n’importe quel endroit, la montagne Corse reste splendide.

Puis finalement, nous arrivons à un magnifique pont génois pris d’assaut par une horde de finlandais qui testent toutes les manières possible de créer la plus originale des photos sans pour autant qu’on y voie trop le pont mais plutôt le gagnant du concours de coups de soleil qu’ils se sont lancés. Nous arrivons tout de même à nous trouver un coin au calme au bord de l’eau pour entamer notre sublime casse-croûte dont le bon souvenir se rappelle à nous depuis maintenant plusieurs dizaines de minutes : du pain frais, quelques tomates du jardin, un peu de fromage frais, de la saucisse et de la coppa – le bon repas du randonneur parisien!
Nous pensions être les seuls à apprécier notre mets, mais un invité surprise s’est présenté à la table (au rocher). Comme à chacune des randonnées que j’ai pu faire, une rencontre inattendue s’est produite : un geai s’est posé à quelques mètres de nous et nous faisait savoir par ses cris qu’un peu de charcuterie serait la bienvenue. Nous avons donc partagé notre repas avec cet oiseau qui est resté une bonne demi-heure à nos côtés, sage sur son arbre, redescendant chercher sa pitance d’un battement d’aile chaque fois que la faim le torturait.

C’est le sourire au visage que nous sommes rentrés, finalement heureux de cette petite randonnée pédestre où au final, comme tout le monde, nous avons profité de la rivière, des ruines génoises et des animaux pas si sauvages que ça.

Laisser un commentaire