Capu di Muru et t-shirt sur mesure…

La technique est ancestrale et déjà bien connue des touristes nordistes qui passent quelques jours en montagne… mais pas seulement eux. J’ai eu la chance de découvrir la manière de me faire un t-shirt sur mesure tout en marchant par 30° en plein soleil… autant vous dire que je n’ose plus mettre les pieds à la plage torse-nu et que le tube de biafine n’a qu’à bien se tenir!

Cela ne m’a pas empêché d’apprécier la promenade. Capu di Muru est une presqu’île sur la commune de Coti-Chiavari en Corse-du-Sud, non loin de l’anse de Cala d’Orzu où se trouve la fameuse paillote « Chez Francis ». Et pourtant, au départ le pire nous était destiné. Tout d’abord, quelques nuages et la météo qui annonçait un ciel voilé… bon si au moins il n’y a pas de pluie on fera avec. Mais une fois sur place… une troupe de varois équipés pour un trial de 10 semaines nous attendait à l’orée du parcours.

Très vite, nous enfilons nos sacs à dos et prenons le sentier pour essayer de les distancer. Assez rapidement, nous arrivons à la tour génoise. Entièrement restaurée. Il est possible d’entrer à l’intérieur grâce à un escalier en métal installé à l’extérieur. On peut ainsi imaginer la vie des soldats qui étaient en garde pour plusieurs mois dans ces tours. Un autre escalier permet de monter sur le toit et de s’offrir une jolie vue sur les environs. Mais attention le touriste guette. De là haut, on remarque sur le sentier le groupe de varois qui s’approche. On peut même entendre leurs conversations comme s’ils étaient avec nous sur la tour…

On repart en direction d’une vieille maison de pierres, restaurée également, qui nous offre un bon petit coin de pique-nique loin du tumulte qui règne désormais à la tour… les nuages commencent à disparaître laissant place à ciel bleu et une chaleur plombante. Après un joli four en pierre, le sentier continue dans le maquis pour changer complètement de paysage. Au détour d’une crête, nous voilà dans un paysage digne des îles Lavezzi. Rochers sculptés et maquis ras dont les odeurs nous rappellent que l’été n’est plus très loin. On serpente au milieu de ce paysage magique jusqu’à la plage. On se laisse aller à une petite promenade au milieu des rochers, afin de laisser passer (loin devant) nos amis varois.

Au loin les îles Sanguinaires nous montrent un nouveau profil. Capu di Muru marque l’autre extrémité du golfe d’Ajaccio. Plus loin une sorte de « micro-plaine » semble transformée en sanctuaire. A quelques mètres d’une jolie plage, une petite chapelle « A Madunella » marque le point d’intérêt. Parsemés un peu partout autour, on s’amuse à compter les ex-voto. Certain sont même placés à des endroits improbables. Malheureusement l’endroit est envahi, et les petits bancs de bois dans la chapelle servent de sommiers aux randonneurs fatigués…

La prochaine étape de la promenade est un phare. Le sémaphore de Muru qui, placé sur les hauteurs, nous offre une jolie perspective sur les alentours. Et puis c’est le chemin du retour. Le long du rivage où des plages aux eaux turquoises donnent des envies de baignade. Le soleil, qui tape de plus en plus fort, en rajoute et nous fait regretter d’avoir laissé les serviettes et les maillots de bain dans la voiture…

C’est donc bien rouge sur les parties exposées de mon corps que je suis arrivé à la voiture. Tel l’écrevisse sortant du maquis

4 commentaires sur “Capu di Muru et t-shirt sur mesure…

Laisser un commentaire