La Paglia Orba dans la brouillard

On y retourne et on ne s’en lasse pas. Pourtant, chaque fois qu’on en redescend on jure à nos jambes que ça sera la dernière mais… la montagne gagne toujours ! Même sur notre volonté.

C’est sous un magnifique soleil d’automne qu’à la fraicheur de la rosée nous nous sommes élancés sur le sentiers au départ du Castel Vergio dans la micro région du Niolu.

Le réveil n’a pas sonné et la soirée de la veille a été arrosée. Nous sommes donc en retard sur le planning prévu pour la journée.

Comme pour le Rotondu ou encore le Seninon, nous transportons le matériel vidéo pour la réalisation d’un reportage pour le site Internet de Corse-Matin.

Autant vous dire que les sacs sont lourds mais les images que nous ramènerons sont splendides !

Inutile de vous re-bassiner sur la beauté de cet itinéraire, je vous laisse juger par vous même et regarder la vidéo sur corsematin.com.

 

Paglia Orba & Capu Tafunatu, frissons garanti

Pour beaucoup, c’est le nom d’un ancien navire de la SNCM, mais pour les amoureux des cimes, c’est l’emblématique sommet en forme de “molaire” du massif du Cintu. Culminant à 2525 mètres d’altitude, la Paglia Orba est un piton rocheux rouge sang faisant face à l’oeil du diable, le Capu Tafunatu.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

L’oeil du diable

Ouille ouille ouille! Voilà une randonnée qui vous donne froid dans le dos! Non seulement par le nom de sa destination, mais également par la technique qu’elle demande.

Nous nous sommes récemment rendus au Capu Tafunatu avant de gravir la Paglia Orba. Si l’on entend souvent que le premier est le plus difficile, la seconde est loin d’être facile d’accès…

Après une soirée bien arrosée au col de Vergio (habitude oblige), nous avons pris le chemin du refuge de Ciuttulu di i Mori. La promenade est ravissante et sans difficultés. En à peine une heure, on profite d’une vue magnifique sur le Tafunatu et la Paglia Orba, qui se font face.

Une fois au refuge (à 1991 mètres), les ennuis commencent! Adieux la végétation, bonjour les pierres glissantes. Nous laissons les sacs au col des Maures pour commencer l’ascension du Capu Tafunatu, qui culmine à 2335 mètres. Prudents, nous avançons doucement. Le chemin est abrupt et nous offre quelques frayeurs. L’arrivée dans l’oeil du diable, ainsi nommé par la légende, nous rassure (c’est finit, on escalade plus!) et nous époustoufle!

Le trou du Tafunatu fait pas moins de 35 mètres de large sur une dizaine de haut. Autant vous dire, qu’on se sent tout petit à l’intérieur.

Mais ce n’est pas finit! Il faut repartir si nous voulons rejoindre la Paglia Orba avant l’heure du déjeuner. Encore une frayeur dans la descente et nous récupérons (enfin) les sacs à dos. Pfiou, nous avons réussis sans embuches! Comme dirait Dora l’exploratrice: «C’est gagné, c’est gagné, we did it! Yeah!»

Tranquillement nous suivons donc les cairns en direction de la Paglia. Le chemin s’élève rapidement et commence à devenir difficile d’accès. Nous apercevons les cairns mais il est parfois trop dur de deviner le chemin à emprunter! Quelques moments d’escalades nous offrent de magnifiques panoramas mais… les pieds au bord de la falaise!

Surprise! Sortie de nul part, une mouflonne nous surprend à seulement quelques mètres devant nous. Elle hésite un moment puis escalade la falaise avant de disparaître dans les rochers. Simplement magnifique!

Après quelques efforts nous arrivons au sommet de la Paglia Orba à 2525 mètres d’altitude. La récompense est là! Certainement une des plus belles vues de toute la Corse. Mais nous n’en profiterons que quelques instants. Nous sommes en retard sur l’itinéraire prévu. Le temps de manger et de finir la bouteille de rosé et nous voilà repartis en direction du refuge, par un autre itinéraire cette fois-ci, que nous pensons plus simple d’accès.

Que nous pensons seulement… car voilà, un passage nécessite un peu d’escalade à l’aide d’une corde (qui est présente sur place). C’est donc à la force des bras que nous descendons chacun notre tour le long de la paroi dans un goulet… Plus de peur que de mal! Le retour s’est fait tranquillement.

Finalement, nous avons passés une journée exceptionnelle, même si nous avons tous droit à un caleçon tout neuf!

Continuer à lire “L’oeil du diable”

La vallée du Viru

Nous atteignons tout d’abord le village le plus haut de Corse, celui de Calasima, qui culmine à presque 1100 mètres. Là, il faut aller au bout de la route goudronnée avant de prendre la piste qui s’élève. Le début de la promenade n’a rien de folichon si ce n’est déjà une belle vue sur la forêt plus haute et la dent du Paglia Orba qui domine toute la région.

Très vite la piste rejoint la végétation et serpente sous les pins, c’est beaucoup plus agréable. Rapidement, le chemin propose une bifurcation pour aller observer la Grotte des anges, qui se cache sous d’énormes rochers. Par contre nous restons sur notre faim quant à l’explication du nom de cet endroit ou encore son utilisation. Affaire à suivre donc.

Nous reprenons notre route, avant de rejoindre une première exploitation et de continuer vers notre but l’auberge U Vallone qui propose le gite et le couvert aux randonneurs en saison. Nous longeons à présent le Viru et découvrons quelques jolies piscines en contrebas du refuge.

C’est donc au bord de l’eau que nous pique-niquerons avant de nous rafraîchir dans l’onde claire. Après cette pause bienvenue, nous repartons et dépassons l’auberge pour prendre à gauche un bout du célèbre GR 20.

Le retour permet de faire une jolie boucle qui conduit sous le Paglia Orba et après l’avoir franchi, nous longeons un ruisseau qui offre encore des cascades et de beaux plans d’eau avant de rejoindre une ancienne bergerie nichée sous un gros bloc de pierre. C’est à cet endroit que nous avons retrouvé la piste prise au départ.

Paglia Orba

Il fait partie des sommets mythiques de l’île. Si le Monte Cintu est le plus haut, le Paglia Orba est (avec le Monte Rutondu paraît-il) le plus beau. Et bien entendu une telle merveille se mérite et nous voilà bien loin de la gentille petite balade familiale du dimanche avec cette ascension. Cette randonnée est longue (huit heures pour le premier sommet et neuf en tout pour le second) et demande donc de l’endurance, un minimum d’équipement et l’absence totale de vertige. Sur la fin en effet, il y a quelques passages qui s’apparentent à de l’alpinisme. Voilà aussi pourquoi nous ne nous sommes pas aventurés seuls sur ce chemin très peu cairné sur les derniers passages, la présence et les conseils de notre guide Stéphane se sont révélés aussi agréables que nécessaires.

Le rendez-vous a été fixé au virage du fer à cheval, après Calacuccia en direction du col de Verghju à 7 heures 30. Rendez-vous matinal donc mais qui s’explique facilement par la longueur de la randonnée et le peu d’ombre sur le trajet. De plus, découvrir en arrivant sur le village de Calacuccia au détour d’un virage le Paglia Orba, Le monte Cintu et les Cinque Fratti dans la lumière du matin vaut bien de se lever un peu tôt, faites-en vous même l’expérience.

La première partie s’effectue sous les pins de la forêt de Valduniellu et très vite l’on rejoint une première bergerie où l’on peut trouver des boissons et du fromage. Une première passerelle enjambe ensuite le Golu qui naît plus haut dans le Niolu et que l’on suit durant tout cette portion où il hésite encore entre vasques, marmites et piscines. Pas de temps pour la baignade aujourd’hui mais nous y sommes retournés une autre fois pour une journée farniente à la rivière d’une tout autre nature…

Nous rencontrons par la suite les ruines d’autres bergeries, petite halte et nous repartons vers le refuge de Ciuttulu di i Mori, ça grimpe plus sec mais l’oeil du Tafunatu nous surveille et le Paglia Orba se détache sur la droite. C’est après le refuge que les choses se corsent (sans mauvais jeu de mots…). Le chemin sur la gauche conduit au Tafunatu, l’accès se fait par une vire très étroite et très dangereuse: elle a quelques morts à son actif… Nous nous contenterons d’admirer l’animal en grimpant sur le sommet en face. L’accès au Paglia Orba demande sur cette partie de l’attention, de la concentration, il faut s’aider des mains sur quelques passages et heureusement que le guide est là pour assurer les prises et le chemin à prendre. Le spectacle est grandiose et s’ouvre de Piana au phare de la Revelatta. Encore quelques raidillons à gravir et nous voilà parvenus au premier sommet. Quelques efforts de plus et un peu d’escalade pour le véritable sommet qui culmine à 2525 mètres d’altitude. Le point de vue sur le massif du Cintu vaut bien tous les efforts consentis. Dois-je vous dire que le panorama est splendide là haut? C’est le moment d’un pique- nique réconfortant en compagnie des chocards qui, en ce début de saison, semblent contents des reliefs de repas laissés par les randonneurs. Quel luxe que cette pause sur le toit de l’île, l’on se sent tout petit dans cet espace majestueux. Le temps d’en prendre plein les yeux et de se remettre en route par le même itinéraire avant de prendre une variante qui passe par le GR20 et qui surplombe la vallée par laquelle nous sommes montés avant l’arrivée au refuge. Une très belle journée, fatigante mais qui offre un instant d’éternité, bien précieux.