Le canal de Bastelica

Bastelica est un village de montagne perché à 800 mètres d’altitude qui est assez connu pour sa proximité avec la station de ski du Val d’Ese. C’est également le village natal de Sampiero Corso.
Qui est-ce me direz-vous? C’est une question à ne pas poser ici! Cet ardent défenseur de l’identité corse et farouche opposant aux Génois était un chef militaire de renom. Il a notamment dirigé les forces françaises du roi François 1er en Corse. Une statue à son effigie orne une petite place du village. Une stèle se trouve dans les bois près du fleuve Prunelli. Ce serait l’endroit où il aurait succombé à une embuscade des Génois en 1567…

Fermons la parenthèse historique et reprenons la marche. Je me suis donc rendu à Bastelica pour aller marcher jusqu’à la cascade d’Ortola, située à 1 heure de marche du village.
Elle se trouve sur le sentier qui mène aux Bergeries du Verdanese (étape du GR20) et il y a deux chemins pour y monter. Le premier se trouve sur la route qui relie les villages de Bastelica et Tavera via le col de Scalella. Une piste carrossable sur le bord de la route se transforme plus loin en sentier puis monte jusqu’à la cascade. L’autre parcours, et c’est celui que j’ai suivi, démarre près du restaurant “Chez Jean” tout au nord de Bastelica.

Ca grimpe un peu, mais rapidement la vue sur le village et sur la vallée du Prunelli est bluffante et nous fait vite oublier l’effort. Au loin la mer apparaît dans le golfe d’Ajaccio. Sur la gauche, on aperçoit la neige sur les plus hauts sommets.

Après un plateau, on arrive dans un sous bois où j’ai découvert une étrange construction. Sur des kilomètres, un canal est creusé dans la montagne et rendu hermétique grâce à de vieilles pierres soudées avec une sorte de ciment. Je me suis d’abord demandé à quoi pouvait bien servir ce “fossé”, surtout que le sentier semble le suivre un bon moment. Au fur et à mesure que je progresse, de l’eau fait son apparition dans le canal. Toujours de plus en plus abondante. Jusqu’au moment où le courant est tellement fort que je me suis demandé si ce canal n’était pas finalement la fameuse “cascade” que je recherche…

Heureusement non! Quelques minutes plus tard, me voilà enfin arrivé à la Cascade d’Ortola. Le canal semble démarrer à cet endroit, une petite écluse est présente pour gérer le débit. Magnifique, la cascade s’écoule dans une sorte de goulet vertical et a creusé à son pied plusieurs bassins où l’eau est limpide mais très fraîche! Un petit pont en bois permet de traverser le courant pour continuer la randonnée jusqu’aux bergeries du Verdanese mais… ce sera pour une autre fois.

En rentrant, j’ai cherché des explications sur ce canal. Il s’agît du Canal de la Volta. La Volta étant le nom du fleuve qui nourrit la Cascade de l’Ortola avant de se jeter dans les eaux du Prunelli. Le canal a été bâti il y a vraisemblablement très longtemps, mais je n’ai trouvé aucune date précise, avec des pierres taillées dans les rochers environnants. Il servait à alimenter le village de Bastelica en eau et notamment pour irriguer les cultures. Vers 1930, le canal a été restauré et est aujourd’hui tenu en bon état par quelques bienfaiteurs. Il continue ainsi à alimenter et à irriguer les cultures du village.

Continuer à lire “Le canal de Bastelica”

Tous à la piscine

Le week-end. On attend toute la semaine ce moment de repos où la plupart des gens ne travaillent pas et prennent le temps de vivre et de profiter de leur passe-temps favori. Bon d’accord, ça c’est un week-end à la retraite, ou un idéal bien loin de la vérité! La plupart du temps, on va faire les courses, on nettoie, range, astique la maison, on vide le lave-vaisselle et on étend le linge qu’on n’a pas eu le temps de laver la semaine car on a passé toutes ses soirées dans le RER à cause de la grève des transports.
Vous allez rire, mais depuis que je suis ici, j’ai l’impression d’être en vacances chaque week-end… Non non, loin de moi l’idée de vouloir vous faire envie mais simplement une constatation! Oui bien sûr, comme tout le monde, je fais mon ménage et ma lessive, mais après, je file à plage ou en montagne pour prendre un bon bol d’air frais. C’est tellement dépaysant que lorsque arrive le lundi, j’ai l’impression d’avoir pris une semaine de vacances.
Ce week-end donc, je suis allé, comme j’aurais pu le faire à Paris, à la piscine. Mais celle-ci ne faisait pas partie d’une municipalité mais se trouvait plutôt au cœur de la forêt d’Aitone au nord du village d’Evisa. Cette forêt est réputée pour ses châtaigniers et ses pins laricci dont les troncs servaient à l’époque à fabriquer des mâts pour tous les navires de Méditerranée.
Au cœur de cette forêt s’écoule une rivière bien connue des touristes pour ses bassins très larges et son eau douce et claire, mais néanmoins très fraîche. J’ai donc suivi le sentier vers les “Piscines d’Aitone”, ou les “Cascades d’Aitone”. En réalité, je pense que le nom de cette promenade dépend de la saison à laquelle on l’emprunte. En plein été, ce sont donc les piscines que l’on va retrouver à la rivière. Évidemment, les plages sont bondées de monde, mais cela n’empêche pas de profiter du décor splendide que nous offre cette forêt magnifique. Après avoir croisé des vaches, des cochons, des chèvres, des brebis, des touristes, je tombe nez-à-nez avec une libellule fan de tunning! Non non je ne rigole pas! À l’instar des lascars avec leurs 106 16 soupapes éditions “j’aiÉvitéLaCasse”, cette libellule avait sa carrosserie entièrement repeinte d’un vert fluo aluminium qui rendrait jaloux n’importe quel “Jacky” de Paris.
Inutile de vanter de nouveau la beauté des paysages corses ou le bien-être de cette forêt, je vous laisse par conséquent avec les quelques images que j’ai pu vous rapporter.