Le français régional de Corse

Beaucoup de régions en France – pour ne pas dire chaque région finalement – possède sa langue régionale, parfois appelée patois à tord. Mais elles possèdent également leur propre français. Et oui! Car les langues régionales, comme toutes parties d’une culture locale, déteint sur la culture ou la langue du pays.


Langues régionales en France
La France des langues régionales
Vous savez, c’est ce qui nous fait sourire et nous dépayse quand on part en vacances dans une région “éloignée” de la nôtre. Prenons par exemple un normand qui partirait en vacances en Provence. Pour lui, il y aurait un réel changement culturel, surtout dans les manières de faire ou d’appréhender les choses.

Car en dehors de l’accent et des expressions, la langue française est souvent modifiée par la langue régionale. Je prends l’exemple qui me concerne, le corse. Les corses, bien souvent, utilisent, mais pour la plupart sans le savoir, les tournures de phrases de la langue corse lorsqu’ils s’expriment dans la langue nationale.
Pour quelqu’un, qui comme moi, est originaire d’une région bien lointaine, le phénomène est flagrant et nous étonne au début.


Le doigt d’honneur est une composante de la langue des signes japonaise, et signifie « frère » ou « 兄弟 ou Kyoudai »

Du français corsisé

« Tu veux randonner mais, hé, autant demain il pleut ! ». On comprends bien le sens de la phrase mais l’utilisation de “autant” est assez inhabituelle pour un continental, alors qu’en Corse, c’est courant !

« Nan mais il y reste dans le coffre le sac ! ». Il y “reste”?! À se demander si le sac choisi par lui même ! Tout ça pour dire qu’il y a la place nécessaire dans le coffre pour y loger le sac. D’ailleurs, sur le continent, on aurait peut-être placé “le sac” avant “dans le coffre” nan ?

Vous entendrez souvent les corses répéter les mots. Ne pensez pas que c’est par peur que vous n’ayez pas compris ou pour être insistant, c’est simplement une manière d’accentuer la chose.
En fait, en langue corse, pour dire que quelqu’un est grand, on utilise le mot « maiò ». Pour dire qu’il est très grand, on va dire « maiò maiò ». Du coup, il est régulier d’entendre des phrases du type « à force à force j’ai réussi ! » ou encore « j’ai tiré un gros GROS sanglier ! ».

Vous avez d’ailleurs certainement entendu le sketch radio sur le parisien qui appelle un Corse pour lui demander “d’arrêter de l’appeler” où le Corse répond « Sois un homme, sois ! ».

Un mot qui peut porter à grande confusion dans l’île est “fatigué”. On se demande bien pourquoi mais il m’est arrivé une fois de raconté qu’après avoir été au vélo mon père était fatigué, les gens étaient alors peinés et m’ont soutenu comme si je venais d’apprendre une très grave nouvelle. L’explication est que quelqu’un de “fatigué” est quelqu’un de très malade ! Pas de place à la fatigue, soyez toujours au taquet !

Enfin, vous entendrez à tout bout de champs les corses dire « ça va » et pour tout et n’importe quoi : «
– Je t’envoie le tout par la poste ?
– Ça va !

– Bon et bien on fait comme on a dit.
– Ça va pas de soucis !

– Bon aller, je vais raccrocher et on se rappelle demain ?
– Ça va, à demain, ti basgiu. »

En fait, je crois que comme il est interdit d’être fatigué, tout le monde insiste bien sur le fait que c’est bon ! Ça va ! Tout va bien !

Du Corse dans le Français

En dehors de ces bizarreries linguistiques, on a parfois du mal à comprendre les mots qu’utilisent les corses. Sans compter qu’entre Bastia et Ajaccio, « chacun dit la sienne » comme on l’entend ici.

Et c’est bien normal ! Puisque très régulièrement des mots corses sont intégrés dans les phrases et, comble de la chose, ils sont soumis à la conjugaison de la langue française… là, je le sens, vous avez mal à la tête… continuez, vous allez comprendre !

Bon je ne reviendrais pas sur le célèbre « Fratè » (prononcé “fradé”), ou du « pinzutu » (le pointu) que vous aurez tous entendu, même à Paris !

D’ailleurs, pour l’anecdote, les parisiens sont qualifiés de pinzuti dans l’île, à cause de leur accent “pointu”, mais c’est également le nom de famille d’une très ancienne famille du village de Peri, près d’Ajaccio, qui eux, sont loin d’être parisiens !

« Mì ! Mì la chèvre ! ». Non la chèvre ne s’appelle pas Mimi ou Mi ! “Mì” veut simplement dire “regarde” dans la langue nustrale. « Il s’est strapé tintacciu ». Non il ne s’est pas fait un strapping ! En revanche il devra peut-être car il s’est fait mal, le pauvre !
Vous remarquerez qu’on accorde à la mode française le mot corse, qui normalement s’écrit “strapazzà” (maltraiter, tracasser, tourmenter). C’est pareil dans « le mouflon nous a vu et il a scapé », le mouflon à fuis. Attention à l’utilisation car “Scapà” peut aussi vouloir dire “décapiter”… ouch ! Pauvre mouflon !

Quoi qu’on pourrait s’en couper un “pezzu”, autant c’est bon ! Facile le “pezzu”, c’est un morceau.

D’autres exemples ? Si vous êtes “goffu”, ne vous réjouissez pas, c’est que votre tête ne lui revient pas. Votre ami s’est pris un “coghju” ? Une “bordée” ? C’est qu’il a mal au coude et au crâne à force de lever le verre !

Enfin, si dans une sombre ruelle d’Ajaccio, en pleine nuit, un individu armé vous demande vos “scarpi”, laissez-lui vos Reebok plutôt que de le faire répéter…

Impara u corsu

Si aujourd’hui votre vocabulaire s’arrête à « figatellu, canistrelli, brocciu et BASTA! », ce qui est un peu limite pour faire une phrase, ne vous alarmez pas !

Panique
Apprendre le Corse, c’est simple, et ça l’est d’autant plus que la langue s’est ouverte à tous avec l’essor du numérique. Des applications de smartphone, comme Parlu Corsu, sont accessibles à tous et assez simple d’utilisation.

Pour pousser plus loin, le site Internet de l’association de soutien au Centre Culturel de l’Université de Corse propose une méthode complète d’apprentissage de la langue, sur www.interromania.com, rubrique Impara u Corsu.

InterRomania | Associu di sustegnu Centru Culturale Universita di Corsica

Pour conclure je dirais que parfois, malgré toutes les bonnes volontés, il nous est impossible de comprendre les langues régionales, voir le français…


Christopher, le Ch’ti qui massacre la langue… par Spi0n

Laisser un commentaire