Collioure

Passage à Collioure

C’est drôle comme on connaît mal les endroits qu’on a le plus fréquenté… Bizarrement malgré avoir passé toutes mes vacances d’enfant dans la région de Collioure, je n’avais jamais réellement visité la ville.

Ce n’est pas vraiment chose faite, mais j’ai pris cette fois le temps de parcourir, l’oeil aux aguets, les ruelles de la vieille ville, de la place jusqu’à la plage. J’ai même, pour la première fois, mis les pieds dans le château royal !

Bref, un petit retour dans les ruelles de l’enfance, où sous mes pas des centaines de claquettes ont rendu l’âme et où je me suis égratigné un nombre incalculable de genoux…

Un château sur la mer

Au Ve s. av. J.-C., des navigateurs grecs fréquentent à Collioure un comptoir maritime qui deviendra le port d’Elne, siège de l’évêché dès le VIe s. Le nom de Collioure est issu de “Cauco-illibéris”, la conque, l’anse d’Illibéris, ancien nom d’Elne.

Dès le XIIIe s., on exportait depuis Collioure, qui possédait des ateliers de construction navale, vins, draps, huile, miel, cire, savon, thon et sardines salées. Lieu d’échanges et de passage, des consuls des différents pays et des interprètes y venaient.
Les marchands devaient d’acquitter du droit de leude, source de richesses pour la ville.

C’est cette fonction maritime et commerciale qui valut à Collioure, devenu le port principal du Roussilon, les soins attentifs des pouvoirs qui s’y sont succédés.

Un peu d’histoire

Au VIIe s., première mention d’un site fortifié à Collioure.

Le Roussilon fut conquis par les Romains vers 120 av. J.-C., puis soumis aux Wisigoths à partir de 418. En 673, le roi des Wisigoths assiège Collioure, le “Castellum Caucolibéri”, pour y mater une rébellion.

Au XIIe s., le dernier comte indépendant du Roussillon lègue son comté à Alphonse II, roi d’Aragon et comte de Barcelone.

Soucieux de la prospérité de Collioure, les rois d’Aragon accordent des privilèges et des exemptions de droits. Une foire annuelle est établie et d’importants travaux sont engagés tant au château que dans le port de la ville.

Au XIIIe s., le Château Royal de Collioure est rattaché au Royaume de Majorque qui comprenait la seigneurie de Montpellier, les comtés du Roussillon et de Cerdagne, du Conflent et du Vallespir et les Baléares.

Les rois de Majorque étaient itinérants. Ils se déplaçaient avec leur cour. Ils résidaient à Maguelonne près de Montpellier, à Perpignan, à Palma de Majorque ou à Collioure.

Au XVIe s., peu après une brève occupation par Louis XI, Collioure est à partir du règne de Charles Quint sous la domination des Habsbourg d’Espagne.

La fortification doit impérativement s’adapter aux progrès de l’artillerie et des défenses du château et de ses abords sont considérablement renforcées.

Au XVIIe s., Collioure est un des enjeux du conflit entre l’Espagne des Habsbourg et la France des Bourbon. En 1659, les Français annexent le Roussillon et le château passe définitivement sous domination française.

En 1642, les troupes de Louis XIII assiègent Collioure et le château. 10.000 hommes dont Turenne, d’Artagnan et les mousquetaires du roi investissent les collines qui dominent la ville tandis que la flotte française bloque le port. Privés d’eau par la destruction du puits, les Espagnols sont contraints de se rendre.

Un commentaire sur “Passage à Collioure

Laisser un commentaire